HISTORIQUE DE LA COMMUNE

Poilly viendrait de Polliacum « chaussée ». En effet à l’époque gallo-romaine une chaussée élevée aurait protégé le village contre les crues de la Loire et placé la voie Orléans-Sancerre à l’abri du flot.

On a retrouvé des vestiges très anciens, notamment une hache de bronze à talon de 16,5 cm, dans les sables de la Loire. Des objets gallo-romains attestent également une activité humaine importante : des agrafes, des clefs, des monnaies ont été trouvées à Chézeau, Lucy et la Vilaisie.
Des terrassiers ont mis à jour, entre la poste et la mairie, des morceaux de tuiles à rebords et de briques romaines. Une belle poterie du 1er ou 2ème siècle a, par ailleurs, été découverte au-dessous du niveau des sarcophages.

L’habitat subsiste sous les Mérovingiens et au Moyen-Age. Un pont a sans doute existé entre Poilly et Gien-le-Vieil ; toujours est-il que l’on devait traverser la Loire largement en aval de l’actuel pont. Une église est construite ; les protestants la détruiront en partie en 1567. La paroisse, comme celles du Giennois du sud de la Loire appartient au diocèse de Bourges.

En mars 1429, Jeanne d’Arc traverse Poilly en quittant Gien, pour se rendre à Chinon ; elle y passe une dernière fois, six mois plus tard, en septembre 1429.

Placée à proximité de Gien, la paroisse groupe au cours des temps modernes plus d’un millier d’habitants, plus que Briare en 1665, ce qui lui vaut de devenir en 1790 le chef-lieu d’un canton qui regroupe alors Saint-Martin, Saint-Firmin, Saint-Brisson et Autry. En 1801, Poilly appartient au canton de Gien. En 1804, le Hameau du « Bout du Pont » l’actuel quartier du Berry, est rattaché à Gien : Poilly perd de fait 350 habitants et ne retrouvera sa population du début du XIX ème siècle qu’en 1872.

A la fin du XIX ème siècle, on loue encore la qualité de ses terres ; la mairie construite en 1858, est toute neuve ainsi que l’école (1874). La scolarité des enfants n’est pas encore généralisée : sur 108 conscrits de 1868 à 1878, 26 sont illettrés. A cette époque, la bibliothèque scolaire compte 89 volumes.

L’église restaurée et agrandie en 1836 subit la terrible crue de 1846 et recouvre les rues du bourg. Reconstruite après cette date, une levée la protège des crues de 1856 et 1866. De 1884 à1893, on édifie une voie ferrée qui relie Gien à Argent-sur-Sauldre par Poilly et Coullons. Le trafic ne sera jamais intense mais cette ligne nous laisse l’un des viaducs les plus longs d’Europe avec 1866 mètres et ses 92 arches.

Au cours de la première moitié du XX ème siècle, la commune se maintient entre 1200 et 1300 habitants malgré la Première Guerre mondiale et l’exode rural.

Après 1960, la proximité de Gien permet à Poilly un développement spectaculaire. La commune passe de 1366 habitants en 1962 à 2104 en 1982 puis 2301 habitants en 1990.

Pour cette raison, un collège qui regroupe principalement les élèves du sud de la Loire est édifié en 1978.

Le dernier recensement enregistre une petite baisse.

 

CURIOSITES DE LA COMMUNE DE POILLY-LEZ-GIEN

 

Construit de 1884 à 1893 et long de 1866 mètres, avec ses 92 arches et travées, il était alors classé parmi les deux ou trois viaducs les plus longs au monde.

Le total des dépenses pour la ligne Gien-Argent s’élève à 6364560 F (970270 €) soit 290288 F du Km (44254€)

Un train composé de 3 ou 4 wagons, la plupart du temps vides, fut baptisé par les Giennois « Courte-Queue » , il passait 2 à 3 fois par jour.

 

Lire lhistoire de poilly

 menu cantine scolaire

 

 

poilly 1930

 

bibliotheque

Administration
logo republiqueFrancaise

Déchetterie de

Poilly-lez-Gien

recycle

Du lundi au vendredi :
De 9h à 12h et de 14h à 18h

 

Samedi :
De 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

Adresse :

Zone d'activités de Poilly-lez-Gien,

le Clair Ruisseau

 

Tél. : 06 20 52 61 88

 

 

localiser poilly

Connexion